La fille du roi des Elfes, de Lord Dunsany

Un coup de coeur pour ce magnifique petit livre. Il s’agit d’un conte de fées pour adulte.

Douze artisans qui forment le parlement de la vallée des Aulnes vont voir leur roi pour lui dire qu’ils aimeraient que la vallée devienne célèbre et que le prochain roi ait des pouvoirs magiques. Le souverain enjoint donc son fils d’aller enlever la princesse du Royaume enchanté. Alvéric va demander une épée magique à la sorcière Hiroonderel, qui lui forge une arme avec de la foudre. Alvéric s’en va vers l’est et rencontre un vieux bourrelier qui habite la dernière maison de la terre des hommes. Le prince l’interroge sur le Royaume enchanté voisin, mais l’artisan élude.

Le lendemain, Alvéric traverse la frontière crépusculaire, se bat contre les arbres gardiens et parvient au palais du roi. Il n’aura pas besoin d’enlever la princesse Lirazel, car c’est le coup de foudre immédiat entre eux et elle ne demande qu’à le suivre. Ils arrivent à s’enfuir avant que le roi n’ait le temps de réagir et reviennent dans la vallée des Aulnes. Ils se marient et ont un fils, Orion … mais comme nous sommes dans un conte pour adulte et non pour enfants, ils sont très malheureux tous les deux. Ils ne sont pas de même nature et ne se comprennent pas du tout malgré leur amour. Lirazel ne voit pas l’intérêt des préoccupations terrestres et Alvéric aimerait qu’elle devienne humaine, il essaie notamment de la convertir au christianisme. Hiroonderel est la gouvernante d’Orion. Le roi des elfes envoie un sortilège à sa fille pour la ramener vers lui. Comme le gouffre se creuse de plus en plus entre elle et son mari, Lirazel finit par retourner au Royaume enchanté.

Alvéric est désespéré du départ de sa femme et se remet en quête du Royaume enchanté, mais celui-ci est introuvable, il erre durant des années avec quelques fous tandis que son fils grandit et devient un redoutable chasseur. L’histoire finira bien, mais pas avant un long temps de regret et de souffrance pour ses héros, même Lirazel est malheureuse dans son royaume magique.

Ce conte est magnifique et prenant, son écriture est très poétique. Il explore de nombreux symboles. Il nous parle de l’exil et de l’altérité, un thème bien actuel. Le couple royal s’aime mais n’arrive pas à se comprendre à cause de leur différence de nature, pourtant une fois séparée, ils saisiront l’importance de leur amour et voudront être réunis à nouveau, même s’ils doivent payer un prix élevé pour cela.

Un autre thème est la confrontation du christianisme incarné par le Frère et du paganisme. Il ne s’agit pas d’une vision christologique du christianisme, mais d’une vision très superstitieuse puisqu’il s’agit avant tout de vénérer de saintes reliques et de suivre des rites pas moins obscurs que ceux d’Hiroonderel. Il s’agit plutôt de deux types de superstitions opposées et Lord Dunsany préfère la version païenne.

Les hommes du parlement voulaient de la magie, d’abord ils sont mécontents parce qu’Orion ne s’intéresse qu’à la chasse comme ses ancêtres et lorsque sa nature magique se révèle, ils prennent peur car cette fois c’est trop. On ne maîtrise pas l’avenir.

Personne ne veut parler du Royaume enchanté, mais tout le monde le connaît, c’est une part de nos rêves et de notre innocence perdue. Un magnifique conte à ne pas manquer.

Fille du roi des elfes.jpg

Une réflexion sur “La fille du roi des Elfes, de Lord Dunsany

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s