L’épouse et la veuve, de Christian White

Je ne connaissais pas cet auteur, mais j’ai adoré ce deuxième roman, du coup je viens d’acheter le premier. Nous voici en Australie, emportés par la narration palpitante très bien rendue par Odile Cohen, elle donne vie aux différents personnages de manière très convaincante. Sa voix est douce et agréable, elle n’en fait ni trop ni pas assez. Ce roman se prête particulièrement bien à l’écoute audio.

L’épouse, c’est Abby et la veuve Kate, elles nous racontent leur histoire en chapitres alternés. Kate vit à Melbourne et attend son mari à l’aéroport, il rentre de Londres où il a assisté à un séminaire sur les soins palliatifs, mais les passagers sortent de l’avion et John n’est pas parmi eux. C’est le début d’une période de grande angoisse et de nombreuses révélations pour Kate, qui doit avant tout protéger sa fille Mia, huit ans. Abby vit sur l’île de Belport, envahie de touristes l’été et désertée l’hiver, il ne reste que les insulaires, qui ont des relations ambiguës avec les estivants, leur présence est indispensable à l’économie locale, mais ils ne sont pas appréciés et vus comme des envahisseurs. En hiver, les maisons de vacances sont vides et Ray, le mari d’Abby a une entreprise de gardiennage. Abby travaille au supermarché et a pour amie Bobby, une policière. Ses enfants sont en pleine crise d’adolescence, la vie à la maison est déjà difficile, mais c’est encore pire lorsqu’Abby se rend compte que son mari lui ment et semble avoir des secrets.

Vous vous dites que c’est un thriller classique et sans surprise ? Bien au contraire, l’histoire réserve de nombreux retournements dont l’un que l’on ne voit vraiment pas venir et qui change complètement le sens de l’intrigue. Je n’en dirai pas plus pour vous laisser le plaisir de la découverte.

La nature est très présente et grosse surprise : il fait très froid en hiver. J’ai été étonnée par ces personnages qui grelottent dans leur anorak alors que j’associais plutôt ce pays à des chaleurs torrides qui déclenchent des incendies. Les tensions sociales entre insulaires et estivants sont bien décrites. La culpabilité et le deuil comptent parmi les thèmes principaux de ce roman vraiment surprenant.

Le style est très agréable et l’intrigue vraiment très bien ficelée, un grand bonheur de lecture. Au départ on pense avoir affaire à un thriller tout simple, mais les surprises vont s’enchaîner. Des indices sont semés tout au long de l’intrigue, mais de manière si subtile qu’on ne voit rien venir.

Un grand merci à Audiolib et Netgalley pour ce nouveau polar que je recommande chaleureusement.

#Lépouseetlaveuve #NetGalleyFrance !

10 réflexions sur “L’épouse et la veuve, de Christian White

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s