La première foire de Silvio, d’Adeline Paulian-Pavageau

Je remercie Babélio et les Editions Bouinotté pour ce sympathique roman jeunesse gagné lors de la dernière MC. Il se déroule au treizième siècle, ce qui n’est pas fréquent pour les livres destinés aux jeunes.

Silvio, douze ans, vit à Florence et appartient à une prestigieuse famille de marchands d’étoffes et d’épices. Il multiplie les grosses bêtises, son dernier exploit a consisté à s’attaquer au fils des Bardi, une riche famille de banquiers qui domine la cité avec d’autres puissants. C’est une très mauvaise idée, le banquier veut le livrer à la justice qui ne plaisante pas avec ce genre d’affaires, mais son oncle Bartolomeo intercède et obtient une dernière chance pour son neveu, il l’accompagnera à la foire de Provins en Champagne (aujourd’hui en IDF). Le marchand doit accomplir une mission secrète dont il ne peut parler à Silvio, celui-ci a bien de la peine à se comporter en adulte et à prendre ses responsabilités. Les tensions avec son oncle sont fréquentes au fil des mésaventures du garçon, mais malgré tout, il continue à lui faire confiance. Dès le départ, les voyageurs se sentent épiés et menacés, on dirait que quelqu’un veut les empêcher d’accomplir leur mission secrète. A Provins, Silvio se lie avec Isabelle, la fille d’un autre marchand et Benoît, fils d’un sergent de la ville, des enfants de son âge. De nouvelles joies et d’autres difficultés les attendent.

J’ai beaucoup apprécié ce roman très bien écrit, les quelques termes inhabituels sont expliqués en notes de bas de page, ce qui permet une lecture fluide. Il est structuré en chapitres courts qui permettent aux jeunes lecteurs de rester concentrés. Il dépeint d’une manière accessible l’univers des marchands à l’époque des grandes foires médiévales, même s’il y a une légère édulcoration, de la justice notamment qui était bien plus impitoyable que ce qui en est dit.

Silvio et son oncle sont des personnages touchants et très réussis, tout comme Benoît et Isabelle. Batolomeo continue à faire confiance à son neveu même quand les apparences sont contre lui. Il essaie de lui inculquer le sens des responsabilités, ce qui n’est pas si facile à acquérir quand on n’a que douze ans. mais à cette époque, la vie était brève et il fallait grandir vite, on n’avait pas le luxe de « vivre son adolescence », même en étant issu d’une famille plutôt aisée comme les Grande.

Il y a du suspense et Silvio se démène pour trouver qui les persécute ainsi de mille façons, puis pour aider son oncle dans sa mission secrète. Il y a de nombreux rebondissements et l’intrigue est très bien ficelée. Il y a un message à l’intention des jeunes lecteurs pour leur démontrer l’importance de se comporter de manière responsable, même si aujourd’hui on n’en demande pas tant. Toute l’action repose sur Silvio et ses amis, les adultes ont un rôle secondaire dans l’histoire. Silvio et Bartolomeo sauront d’ailleurs se montrer miséricordieux à l’égard de leurs ennemis une fois démasqués. Et voici Silvio prêt à se comporter en adulte récompensé par le pardon du banquier.

L’univers médiéval est bien décrit et vraiment intéressant. C’est un excellent roman que je recommande chaleureusement, il m’a fait passer un très bon moment.

4 réflexions sur “La première foire de Silvio, d’Adeline Paulian-Pavageau

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s