Délivre-nous du mal, de Chrystel Duchamp

Anaïs, une jeune auteure de polars est inquiète car sa soeur Esther a disparu sans emmener ni ses papiers ni son téléphone, mais surtout en enfermant son chat dans sa chambre sans eau ni nourriture. Elle est très attachée à son animal et Anaïs en conclut que c’est impossible qu’elle soit partie de son plein gré. Elle contacte son ami Thomas qui dirige la PJ de Lyon. Il se lance tête baisée dans cette enquête, même si tout indique une disparition volontaire, comme les adultes en ont le droit. Un peu plus tard, toute la brigade est mobilisée autour de la fille du préfet qui a aussi disparu, mais les deux enquêtes piétinent durant près d’un an jusqu’au moment où un photographe se rend dans une usine abandonnée et trouve une femme mutilée et pendue au dessus d’une cuve. Les cadavres s’accumulent tandis que Thomas doit faire face à de graves soucis familiaux.

J’avais beaucoup aimé les deux premiers thrillers de l’auteure, L’art du meurtre et Le sang des Belasko, ce polar est un gros cran en dessous. Chrystel Duchamp maîtrise mieux les codes du thriller psychologique que de l’enquête policière classique. Dans la forme, le roman commence de manière originale par trois petits prologues qui renvoient aux trois temps de l’enquête, en 2018, 2019 et 2020. Le style est fluide et agréable, même si j’ai parfois eu de la peine à suivre l’action au vu du grand nombre de protagonistes et du manque d’ordre chronologique. Si le final du précédent roman était juste incroyable, celui-ci ne m’a pas convaincue : Les victimes et la tueuse racontent leur histoire dans une sorte de lettre d’adieu. Il y a plusieurs rebondissements et les choses se mettent en place peu à peu.

Si j’ai trouvé le thème central, la violence faite aux femmes, très important et malheureusement toujours actuel, je pense que la vengeance délirante de la tueuse est complètement exagérée, sauf à en faire la plus grande tueuse en série de tous les temps. L’épisode du village d’Oingt est tiré d’un fait divers réel, mais sûrement largement amplifié, quant aux méfaits suivants, ils ne sont guère crédibles. D’ailleurs dans l’ensemble, je trouve que ce polar est assez peu crédible : Cinquante femmes se sont volatilisées sans laisser de traces, une secte s’installe dans un vaste domaine sans que personne n’en sache rien etc. Les dialogues manquent aussi nettement de crédibilité parfois.

La thématique des violences faites aux femmes est bien traitée, notamment le fait que la police peine à les croire. Bon dans le cas d’Esther, on les comprend, elle est incohérente, refuse les prélèvements (car elle a menti sur la date !) et finit par retirer sa plainte. Je me suis aussi étonnée que Thomas mette aussi long à comprendre les raisons de l’anorexie de sa fille, il est chef de PJ après tout et ne doit pas vivre au pays des Bisounnours. Dans l’ensemble, je trouve que ce polar manque de réalisme, c’est son plus gros point faible à mon avis.

C’est une lecture sympathique, un bon polar pour les vacances. Les deux premiers romans de l’auteure sont nettement meilleurs. Un grand merci à Netgalley et aux Editions de L’Archipel pour cette découverte. Le titre est jeu de mot et pas une référence au Notre-Père. Je suis impatiente de voir si l’auteure revient aux thrillers psychologiques.

#DÉLIVRENOUSDUMAL #NetGalleyFrance !

6 réflexions sur “Délivre-nous du mal, de Chrystel Duchamp

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s