L’affaire Lord Spenser

Claire est médecin dans un centre de santé public. Elle croise un homme dans un parc en promenant son chien et se fige : il a le même chapeau que son père disparu depuis vingt-six ans, mais surtout accusé du meurtre de la nounou et de tentative sur sa mère. Elle s’affole et se rend compte que ce n’est pas lui, il n’y a aucune ressemblance, mais elle replonge dans l’angoisse durant plusieurs semaines. La police essaie en vain de le localiser depuis toutes ces années, on l’a signalé aux quatre coins de la planète, mais il s’agit toujours de fausses pistes. Claire sait qu’il a bénéficié de l’aide de ses amis pour s’enfuir, elle les a tous filés durant des mois, mais sans succès. Comme si ce drame ne suffisait pas à lui pourrir la vie, son frère cadet, Robbie a sombré dans la dépendance au Tramal après un accident de sport deux ans plus tôt, son genou est guéri depuis longtemps mais il consomme de plus en plus de calmants, ce qui péjore sérieusement sa santé, mais il refuse absolument d’aller en cure de désintoxication.

Une fois sa crise d’angoisse passée, Claire décide de prendre enfin le taureau par les cornes et de retrouver son père, pour ne plus être piégée par ce passé dont elle n’a pas pu faire le deuil. Elle oscille entre voir cet homme comme un monstre capable du pire ou une personne qui a eu un accès de folie sans lendemain. Si sa mère était issue d’un milieu plutôt modeste, son père était un riche Lord, sa mère n’était pas acceptée par leurs amis et il l’ont fait passer pour une femme intéressée uniquement par l’argent, la procédure de divorce étant entamée au moment du meurtre. Pour mener l’enquête, Claire se lie avec Alice, la fille du meilleur ami de son père, soupçonné par la justice de l’avoir aidé à s’enfuir.

J’ai eu beaucoup de peine à entrer dans ce thriller au rythme très très lent et plutôt ennuyant. Claire n’est pas antipathique, mais pas attachante non plus. Quant à la fin, je l’ai trouvé très peu crédible. L’intrigue ne va pas révolutionner le genre, ce n’est pas un livre désagréable, mais j’en attendais plus.

Le thème du deuil est bien abordé, il y a tant d’interrogations sur l’acte de Lord Spenser que sa fille ne peut pas tourner la page. Elle est aussi révoltée par les privilèges des riches, il y a une forte critique de cet état de fait. Et quand on possède richesse et titre de noblesse, on devient presque intouchable car vos amis sont puissants et peuvent déjouer la justice du commun des mortels. Robbie est tombé dans la drogue de manière accidentelle et pas à cause de son père dont il ne garde aucun souvenir, il était encore bébé au moment des faits, voici au moins un écueil d’évité. La thématique de la toxicomanie est très bien abordée. Avec un rythme moins lent, ce thriller aurait été bien meilleur, de même si l’auteure ne se perdait pas dans autant de digressions qui n’ajoutent rien à l’intrigue.

Une lecture en demi-teinte à mon avis, il y a nettement mieux mais aussi nettement pire. Ce roman est tiré d’un fait divers réel. Un grand merci à Netgalley et aux Presses de la Cité pour ce thriller.

#LaffaireLordSpenser #NetGalleyFrance !

7 réflexions sur “L’affaire Lord Spenser

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s