Diamants sur macchabées, de Michael Fenris

Gros coup de coeur pour cet excellent polar à l’ancienne, qui nous replonge dans l’Amérique des années 1950/60, le lieu n’est pas nommé, il s’appelle simplement la Ville, mais on pense aux cités américaines chères aux auteurs de polars de cette époque, Hammett et Chandler, à qui l’auteur dédicace son livre. J’ai découvert le héros, Jeff Fergusson dans sa deuxième enquête, Vengeance sur pellicule qui m’a donné envie de connaître le début de l’histoire. On peut les lire séparément, ce n’est pas directement la suite, mais c’est toujours mieux de commencer les séries par le début.

Jeff est un ancien flic qui a renoncé au métier à cause de la corruption et de la brutalité de son chef, Tyler. Ils sont été coéquipiers autrefois mais ne s’entendent plus guère. Il est devenu détective privé, a bien de la peine à faire tourner son agence et depuis toujours il doit lutter contre sa passion pour le whisky. La Ville est un endroit glauque à souhait, très pollué, il n’y a plus le moindre espace vert et la météo est désastreuse, il pleut presque sans discontinuer. Sans oublier que les autorités de la ville, en particulier la police se partagent le pouvoir avec les maffieux, bref un vrai coin de paradis. Une magnifique blonde, maquillée comme une voiture volée et enveloppée d’un vison demande à Jeff de retrouver son frère David qui a disparu. Elle est riche, elle devait retrouver son frère à la gare pour se rendre dans une ville voisine régler une affaire de famille, mais elle l’a attendu en vain et depuis quatre jours il est introuvable, ce qui inquiète beaucoup Véra. Elle considère son frère comme un être faible, qui vit de petits boulots en dehors de la rente de deux mille dollars que lui laisse le notaire sur leur héritage familial. Elle offre une grosse somme à Jeff pour le retrouver. Le détective s’aperçoit vite que David n’est pas net du tout et qu’il a de bien mauvaises fréquentations. Rapidement Tyler et le chef de la pègre locale s’en mêlent, les coups pleuvent sur Jeff, qui ne s’en laisse pas conter.

J’ai beaucoup aimé ce roman d’ambiance, plein de rebondissements et de personnages plus glauques les uns que les autres, tout le monde semble vouloir la peau de Jeff. La technologie n’existe pas et le détective ne peut compter que sur sa logique, son sens de l’observation et son réseau d’amis pas toujours très nets non plus. Il doit en particulier se méfier des femmes qui ne lui veulent pas que du bien, mais il saura être le plus malin.

Ayant lu la deuxième enquête il y a à peine un mois, j’ai détecté quelques contradictions entre les deux, Jeff n’a pas le même coéquipier lorsqu’il parle de sa carrière dans la police et Big Tony, mort à la fin de ce livre reviendra dans le suivant (où il mourra aussi !), mais ce n’est pas gênant. Ce livre a un côté intemporel, les morceaux de jazz cités datent de la fin des années 1950. Cela nous ramène à une sorte de temps mythique de l’histoire américaine, quand la mafia avait ses entrées à la maison blanche. Même si Jeff est vraiment un privé de polar typique, on n’est jamais dans la caricature et c’est un personnage attachant qui essaie de mener une croisade contre le mal qui ravage la société. Il y a un côté intemporel, surtout avec la pollution, qui n’était encore pas un problème aigu à l’époque, la Ville avec son climat froid, ses pluies acides c’est aussi nos villes d’aujourd’hui.

J’ai adoré cette plongée dans la Ville, cette sorte de fable intemporelle qui respecte les codes du polars des années 1940/50 et nous fait voyager dans le temps et l’espace, nous avons tous une Ville qui sommeille au fond de notre imagination et je vous recommande chaleureusement de visiter celle de Michael Fenris. Un grand merci à Netgalley et aux Editions Eaux Troubles pour cette superbe découverte.

#Diamantssurmacchabées #NetGalleyFrance !

3 réflexions sur “Diamants sur macchabées, de Michael Fenris

  1. Ping : Diamants sur Macchabées de Michael Fenris – Les Lectures de Maud

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s