Pile ou face, de James Patterson

Un grand merci à Mylène de L’Archipel de m’avoir permis de découvrir en avant-première  le dernier polar de James Patterson, une valeur sûre du genre, qui prétend être l’auteur de romans policiers le plus lu au monde. J’ignore si c’est vrai, mais je ne suis jamais déçue par cet auteur.

Ce roman est le deuxième de la nouvelle série consacrée à Harriet Blue, une policière australienne que nous avions découverte avec Plus jamais l’hiver dernier. Harry est revenue à Sydney et son nouvel équipier, Whit a quitté Perth pour continuer de travailler avec elle. Son frère Sam est accusé d’être un tueur en série, responsable de trois meurtres d’étudiantes, ce qu’il nie farouchement. Il a avoué sous la contrainte et s’est rétracté, mais la police de le croit pas. Son procès va s’ouvrir et avant que Whit ne puisse la retenir, Harry a attaqué le procureur. Cela lui vaut d’être de nouveau envoyée dans le désert australien pour dix jours durant lesquels elle fait équipe avec Vicky une policière locale et un agent fédéral. On a retrouvé un carnet dans un sac à dos à l’entrée du village faisant l’apologie de tueries de masse survenues aux USA, un tueur semble vouloir rayer de la carte un village de septante cinq habitants. Lors de l’arrivée d’Harry, une explosion vient de tuer Theo, l’ancien chef de la police locale. L’agent fédéral, une caricature d’agent du FBI  obsédé par le terrorisme islamique, ainsi que les habitants du village désignent un jeune d’origine pakistanaise comme coupable, c’est un des enfants terribles de la communauté, mais Harry et Vicky ne croient pas aux solutions simplistes.

Pendant ce temps, seuls Whit et Tox, un autre policier ami de Harry croient à l’innocence de Sam et essaient de retrouver une jeune fille disparue, qui a peut-être été enlevée par le vrai coupable. On suit ces deux enquêtes en alternance, celle de Harry est beaucoup plus mouvementée.

Patterson emploie toujours les mêmes recettes : des chapitres courts, de l’action non stop, des rebondissements qui s’enchaînent. On est immédiatement happé dans cet univers très cinématographique. C’est avant tout une lecture détente. l’auteur ne cherche à délivrer aucun message, les personnages sont assez superficiels en dehors d’Harry. Toutefois, elle n’est pas réaliste, je ne pense pas que la police garderait en son sein une inspectrice aussi perturbée et encline à la violence. Il faut prendre ce roman et les autres de cet auteur pour ce qu’ils sont : une lecture plaisir, sans prise de tête ni arrière-plan philosophique.

Le volet de l’enquête pour innocenter Sam n’est pas terminé et nous réserve un troisième tome sûrement sanglant avec Harry aux trousses du tueur. La partie villageoise explore les ressorts cachés d’une petite communauté loin d’être aussi pacifique qu’elle en a l’air, entre secrets de polichinelle et vieilles haines recuites entre les familles. C’est dommage que ces aspects ne soient pas plus développés, mais c’est habituel avec Patterson, on est dans l’action et encore dans l’action, sans en creuser vraiment les rouages.  Le spécialiste du terrorisme en sera pour ses frais.

Un polar qui ravira les amateurs d’action pure et de dépaysement, donc une excellente lecture de vacances.

#Pileouface #NetGalleyFrance

Pile ou face

4 réflexions sur “Pile ou face, de James Patterson

  1. Ping : Pile ou face, de James Patterson – Les voyages de K

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s