Sang rancune, mon amour, de Catherine Secq

Il s’agit de la quatrième aventure de la Commissaire Bombardier et de son adjoint Paul Holo, dit Polo. Quelques jours avant la saint valentin, des roses qui devaient être livrées à des palaces parisiens et au fleuriste de l’Elysée arrivent souillées de sang et invendables. Comme la présidence est visée, il s’agit de démêler au plus vite cette sombre histoire. L’enquête est confiée à la commissaire Bombardier avec l’appui des services secrets car on craint un attentat, dont ce saccage serait le signe annonciateur. Nos deux policiers descendent dans le Midi et explorent différentes pistes : terrorisme islamique ou écologiste, satanisme ou vengeance personnelle contre le cultivateur des roses ?

Il y a beaucoup d’humour dans le style potache, le cultivateur s’appelle Adam et sa femme Eyve, et c’est justement une tentatrice et quelques autres traits du même style.  Certains aspects de l’histoire ne sont pas réalistes du tout, comme quand les deux policiers vont interroger tout seuls un groupe de satanistes dans une cave d’une cité de Marseille, mais je pense que c’est voulu, l’auteure ne cherche pas à nous raconter une histoire vraisemblable. On apprend nombre de choses sur la culture des fleurs et des roses en particulier, et aussi sur ce commerce, pas du tout écologique. On fait venir des roses des pays chauds par avion pour en disposer en plein hiver. La réflexion éthique sur le sujet et sur notre société consumériste est très intéressante. On parle souvent de manger des produits cultivés dans la région pour réduire notre empreinte carbone, mais on évoque rarement les cultures de fleurs, un sujet dont j’ignorais tout auparavant, même si je n’en achète jamais, vu que mes chats les prennent pour de la salade. En dehors de ce sujet précis, les réflexions de Catherine Secq sur le terrorisme sont très intéressantes,  elle nous montre des jeunes écologistes fanatiques et prêts à toutes les extrémités pour défendre leur cause, qui passe avant tout le reste, avant même leurs intérêts personnels. Même si l’urgence climatique est avérée, ils vivent dans leur bulle en dehors des réalités du monde.

La piste du terrorisme islamique est aussi abordée, ou plutôt le délit de « sale gueule ». Les deux chauffeurs maghrébins de la société d’horticulture sont immédiatement soupçonnés, Polo y voit des coupables idéaux, tout comme le commissaire des services secrets, mais Mme Bombardier voit au-delà des pistes faciles. Toutefois si elle n’avait pas veillé au grain,  ils étaient coupables d’avance.

Un personnage est contre la st valentin sous prétexte que c’est une fête exclusivement hétérosexuelle, mais on peut en douter, de nos jours le liberté d’interprétation est de rigueur, même si la communication publicitaire vise majoritairement la masse et non les minorités, toutefois, elle ne les exclut pas.

Venons-en au style, avec lequel j’ai eu bien de la peine. Je trouve qu’on est toujours dans la description. J’ai eu l’impression de regarder de loin des éléments juxtaposés et non liés, Je n’ai jamais été embarquée dans l’enquête et j’ai de la peine à comprendre pourquoi. C’est peut-être dû aux discours de la commissaire, ou au caractère assez superficiel des personnages. J’ai souvent eu le sentiment d’assister à une pièce radiophonique. Je suis très contente que les autres lecteurs aient donné cinq étoiles à ce livre, car je ne partage pas cet avis enthousiaste. J’ai eu beaucoup de difficultés à lire ce polar qui m’a paru ennuyant et je suis restée à l’extérieur de l’histoire.

Sang rancune mon amour

7 réflexions sur “Sang rancune, mon amour, de Catherine Secq

  1. Difficile de plaire à tout le monde. Il faut entendre les critiques et en tenir compte. J’ai malgré tout apprécié les aspects positifs de l’analyse. J’espère que d’autres lecteurs auront un avis différent.

    J’aime

    1. Bonjour
      J ai vraiment essayé d insister surtout sur les aspects positifs mis en avant dans la chronique. L histoire est originale et je dis bien que c’est mon ressenti. Il y a du potentiel. Même si un livre ne me plaît pas j essaie toujours de souligner les aspects positifs et d être bienveillante. Bonne journée

      J’aime

  2. Ping : Catherine Secq, auteureN°5 – Commissaire Bombardier : Sang rancune, mon amourDu polar, tout sauf noir !

  3. Ping : Catherine Secq, auteureN°6 – Commissaire Bombardier : Sang rancune, mon amourDu polar, tout sauf noir !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s