Le dragon du Muveran, de Marc Voltenauer

A Gryon où vit l’inspecteur Andreas Auer et son compagnon Mikaël, un dimanche matin juste avant le culte, Erica, la pasteure trouve un cadavre sur l’autel, disposé comme le Christ sur la croix et avec un poignard dans le coeur. En qualité de voisin, Andreas reçoit la charge de l’enquête. Sa collègue Karine et Mikaël participent aux investigations. Un verset biblique est accroché au poignard, s’agit-il d’un crime satanique ? La victime était loin d’être un saint, c’est un agent immobilier, peu honnête dont les goût de luxe mettent en danger son entreprise. En perquisitionnant son appartement, les policiers trouvent des vidéos pédophiles mettant en cause un notable du village qui se trouve rapidement soupçonné, puis arrêté. Le procureur met la pression sur Andreas, il est sûr de détenir le coupable, ce qui n’est pas l’avis du policier. Quelques jours après, un deuxième corps est trouvé dans la fontaine devant le temple, Andreas et son équipe se mettent à fouiller dans le passé des victimes, faisant remonter des secrets enfouis depuis quarante ans.

Ce polar est très prenant malgré quelques défauts concernant la vraisemblance de l’intrigue, il y a trop de coïncidences impossibles, notamment avec la partie américaine de l’enquête, le personnage d’Erica, la pasteure ne tient pas la route non plus, surtout en ce qui concerne la fin, tout comme l’implication de Mikaël dans l’enquête, on n’imagine pas des policiers enquêtant avec leur conjoint. Il y a beaucoup  de description du village et certaines explications visiblement destinées aux lecteurs étrangers, comme celles de la Lex Weber bien connue des lecteurs romands. Il y a quelques longueurs inutiles avec les descriptions des vins, cigares ou repas. Toutefois il s’agit d’un premier roman, l’écriture de l’auteur a mûri dans son troisième roman L’aigle de sang, lu en début d’année.

La personnalité et les réflexions du tueur, sont intéressantes, sa vengeance implacable poursuivie durant plus de vingt ans ne lui apporte pas la paix et il doit sans cesse tuer à nouveau.

Un polar qui n’est pas parfait mais quand même très agréable à lire.

Dragon du Muveran

Challenge Polar de Sharon

4 réflexions sur “Le dragon du Muveran, de Marc Voltenauer

      1. Je me laisse toujours tenter aussi ! J’ai une très bonne librairie auprès de chez moi, et je fréquente assidument les salons du livre. Je pense simplement ne rester inscrite que dans la petite bibliothèque voisine (et non dans le vaste réseau où je suis inscrite) d’une part parce que l’on ne peut emprunter que quatre livres à la fois (et non vingt) d’autres part parce que, si le personnel du réseau est fort sympathique, ce n’est pas le cas de certains usagers.

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s