Fondation Paradis, de Liza Marklund

J’ai retrouvé avec plaisir Annika Bengtzon pour ce deuxième opus de ses aventures, qui commence deux ans après la fin du premier. Ayant tué Sven en état de légitime défense, elle a été acquittée, mais elle se sent toujours coupable et rejetée par sa mère et sa soeur, même si cela date de son enfance. Elle travaille de nuit dans son journal comme correctrice et rêve de retrouver sa place de journaliste, mais son chef estime qu’il est encore trop tôt.

Un soir, elle reçoit un téléphone de Rebekka qui demande au journal de parler de sa fondation qui vient en aide aux femmes et enfants menacés de mort. Annika accepte de la rencontrer et commence une enquête sur cette fondation Paradis qui prétend effacer ses clients de tous les fichiers informatiques de Suède. Mais elle s’aperçoit vite qu’il y a anguille sous roche.

Un double meurtre a eu lieu sur le port, en lien avec la contrebande de cigarettes dirigée par la mafia de l’ex-Yougoslavie, la police et la presse sont dans le bleu. Une femme appelle le journal pour dire qu’elle a des informations exclusives sur le sujet. Annika la rencontre, elle dit connaître l’assassin qui la poursuit. La journaliste lui donne le numéro de Rebekka, pensant qu’Aïda correspond tout à fait au profil des personnes qui bénéficient de l’aide de la fondation.

Alors qu’Annika enquête discrètement sur ces sujets entre deux services de nuit, on suit également sa vie personnelle qui est bien loin d’être rose. Elle n’est pas remise de la mort de Sven, la thérapie qu’on l’a obligée à suivre ne l’a aidée en rien, ses proches ne la soutiennent pas en dehors de sa grand-mère, qui tombe justement malade, elle est victime de moqueries au journal et ne retrouve pas sa place. Et comme si toute cette grisaille ne suffisait pas, elle va tomber amoureuse d’un bel homme marié bien égoïste. Comme dans tous les polars, nordiques, le quotidien d’Annika a autant, voire plus d’importance que l’enquête elle-même. La journaliste est d’ailleurs un personnage très attachant qui nous permet de découvrir la vie quotidienne à Stockholm. Il s’agit d’une réédition, l’intrigue date des année 1990 et parle aussi des guerres qui secouent les Balkans et l’émergence des mafias de l’Est durant ces années. Comme plus de vingt ans se sont écoulés, ces faits ne sont plus très frais dans ma mémoire et je pense que le livre était plus passionnant de ce point de vue à sa sortie. Même si ce thriller n’est pas mémorable, il est très agréable à lire et je compte bien retrouvé Annika très prochainement, puisqu’il me reste encore deux épisodes à découvrir.

Un grand merci aux éditions HLAB et à Netgalley pour ce partenariat très apprécié.

#FondationParadis #NetGalleyFrance

Fondation Paradis

Challenge Polars de Sharon

2 réflexions sur “Fondation Paradis, de Liza Marklund

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s