Terminus, de Jonathan Théroude

Vincent Kaplan a tout pour être heureux, une femme qu’il aime, une fille magnifique et un poste prestigieux dans une grande banque parisienne. Mais il ne pense qu’à son travail et néglige sa famille. On le retrouve quinze ans plus tard, employé à un poste modeste dans l’administration du Trésor et surtout alcoolique et déprimé. Il a causé un accident et on lui a retiré son permis avec une obligation de se soigner. Il va donc s’inscrire chez les Alcooliques anonymes où il rencontrera Patrick et Louis qui l’aideront à remonter la pente. Le livre alterne sa lutte présente et les flashbacks du passé où Vincent nous raconte son histoire. Il a aussi été marqué par l’attentat de la rue Copernic en 1980 auquel il a échappé grâce à la naissance de sa fille Marie.

Le livre est classé à la fois en littérature générale et en polar / thriller. Cette première partie, relevant de la littérature générale, voire même du feel good est vraiment bien. Le texte sonne juste, les personnages sont convaincants, en particulier Vincent et son ami Louis. Leur difficile lutte contre l’alcool et la dépression est présentée de manière réaliste et nuancée, peu à peu Vincent voit le bout du tunnel, comme le montre la couverture. J’ai beaucoup apprécié cette partie du livre. Par contre, il est classé également en thriller et c’est là que les choses se gâchent sérieusement. Du feel good, on bascule soudain dans le roman noir, la fin est tout à fait inattendue, mais je la trouve bâclée et pas convaincante du tout, elle arrive comme un cheveux sur la soupe, ce qui est vraiment dommage vu la qualité du livre en dehors de cette fin. Le personnage de Marie n’est pas réussi non plus, elle est vraiment trop cruche. A moins qu’elle ne serve qu’à réitérer les mauvais choix de son père.

Le thème général du livre est la fragilité de la vie et de son basculement possible à tout moment. Vincent pense avoir trompé sa femme une seule fois, mais il n’a surtout pas vu ni senti la destruction progressive de sa famille et la souffrance de sa femme, son adultère ne mettant que le point final au processus. Toute la partie qui raconte la vie de Vincent est très intéressante et c’est dommage que ce beau roman soit gâché par sa fin.

Un autre point qui m’a souverainement déplu est la mise en page absolument lamentable du texte, avec d’innombrables mots coupés par des tirets qui ne servent strictement à rien, des sauts de lignes non adéquats, plusieurs tailles de caractères sur la même ligne qui perturbent leur alignement. Malheureusement ce problème n’est pas du tout exceptionnel avec les livres auto-édités ou certaines petites maisons d’édition sur Netgalley et cela gâche vraiment le plaisir de la lecture, on dirait que le texte n’a pas été relu avant d’être publié.

Un grand merci à Netgalley et aux Editions Nouvelle Bibliothèque pour ce partenariat qui m’a permis de découvrir un premier roman d’un auteur prometteur.

#Terminus #NetGalleyFrance

Terminus

Challenge Polars de Sharon

Une réflexion sur “Terminus, de Jonathan Théroude

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s