Oiseau de nuit, de Robert Bryndza

Je ne connaissais pas cet auteur et ce polar a été un gros coup de coeur, du coup je viens d’acheter La fille sous la glace, premier volume des aventures du DCI Erika Foster pour connaître le début de la série.

Erika est responsable d’un petit groupe de policiers à Londres, j’ai d’ailleurs regretté que les grades des protagonistes du livre ne soient pas également traduits. Elle est invitée chez un ami médecin légiste, malheureusement l’amant du médecin, un auteur de polars très gore est aussi de la partie et Erika ne l’apprécie guère. Mark le mari d’Erika est mort près de deux ans auparavant lors d’une opération qu’elle dirigeait et elle ne s’en remet pas. La soirée est très tendue, mais heureusement, si on peut dire, Erika et Isaac sont appelés sur une scène de crime. Une vieille femme a retrouvé son fils mort alors qu’elle le croyait en vacances. Il s’agit d’un médecin de famille réputé en instance de divorce. Toutefois des revues trouvées dans sa table de nuit orientent sur un crime homophobe, sans compter que son beau-frère est un voyou notoire. L’enquête piétine, jusqu’au meurtre identique d’un célèbre animateur télé, qui lui ne semble pas avoir de double vie.

Par ailleurs le tueur prend la parole, explique son mode opératoire et surtout ses motivations, il essaie de faire passer les meurtres pour des suicides. Erika quant à elle n’est pas diplomate du tout avec sa hiérarchie et n’hésite pas à se mettre des gens à dos, même si elle rêve d’obtenir une promotion, c’est un personnage vraiment intéressant et très attachant, elle ne vit que pour son travail et prend conscience du gâchis de sa vie privée. Ses chefs ne l’écoutent pas, on lui retire l’enquête, mais elle désobéit et n’en fait qu’à sa tête.

L’intrigue est vraiment très bien ficelée, avec de nombreux rebondissements, il n’y a pas une seconde d’ennui dans ce thriller. L’histoire est très complexe et riche, on est à des années-lumière de certains polars caricaturaux. Les personnages sont aussi très travaillés, avec une psychologie développée, on a l’impression de rencontrer de vraies personnes et pas des personnages de romans. Les thématiques abordées sont à la fois nombreuses et très intéressantes, allant de l’homosexualité au racisme, en passant par le deuil, la maltraitance et la place des femmes dans la société.

Un gros coup de coeur pour moi, que je recommande très chaleureusement. Un tout grand merci à Netgalley et aux Editions Belfond pour la découverte de cet auteur que je ne manquerai pas de suivre désormais.

Oiseau de nuit

Challenge polars de Sharon (N°22)

#OiseauDeNuit #NetGalleyFrance

2 réflexions sur “Oiseau de nuit, de Robert Bryndza

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s