Les gardiennes du silence, de Sophie Endelys

Un grand merci à Babélio et  aux Presses de la Cité pour cette masse critique privilégiée.

Il s’agit d’un thriller ésotérique plutôt classique et sans grande surprise mais agréable à lire. Chloé tire sur son mari qui la maltraite psychologiquement. Elle boîte et n’a  toujours pas compris pourquoi Jeffrey l’a épousée huit ans auparavant, d’autant plus que le mauvais côté de son mari est vite apparu au grand jour. Il la rabaisse continuellement, c’est un mathématicien reconnu qui dirige une entreprise à Delft. Chloé ne sait pas trop bien de quoi il retourne, quelque chose en lien avec le transhumanisme, elle-même est archiviste bibliophile  et se passionne pour les vieux bouquins, ce que Jeffrey trouve ridicule. Elle est la fille de Victor Mac Curtis, un écrivain qui a écrit un best-seller des années auparavant, un livre qui a eu grand succès dans les milieux complotistes. Victor a fait état de menace contre sa vie, puis il est mort dans un accident de voiture en 1971 avec sa femme. L’enquête a révélé qu’il s’agit d’un suicide grâce au témoignage d’un jeune motard. Chloé avait douze ans et a été élevée par sa tante Viviane, une actrice.

Puis elle a été engagée dans l’entreprise de Jeffrey comme archiviste et immédiatement séduite par son patron. Le laissant pour mort, elle s’enfuit dans une mystérieuse île située entre la manche et la Mer du Nord. Son père en venait et lui avait fait promettre de ne jamais y aller, car sa soeur jumelle Anna s’y était noyée à seize ans. Il s’agit d’un lieu imaginaire censé être une principauté comme Monaco. Elle part avec le roman de son père et une clé USB contenant un mystérieux palimpseste qui raconte l’histoire de la princesse Blanche et d’une bibliothèque souterraine située sous le monastère de l’île. Elle se fait de nouveaux amis notamment son logeur et mène l’enquête sur ce monde secret tandis que les coïncidences se succèdent.

Il y a finalement peu de rebondissements et l’histoire assez attendue. Au fur et à mesure de son enquête, Chloé découvre la vérité sur son passé et celui de sa famille. L’histoire de la bibliothèque souterraine n’est pas très crédible, surtout que personne ne se doute de rien depuis plus de cinq siècles sur l’île. Le roman se termine sur un happy end aussi peu crédible que le reste. Le thème principal est la nécessité de protéger le savoir des dérives humaines et des aléas de l’histoire.

Ce roman sent un peu le réchauffé, même s’il est agréable à lire et ne me laissera pas un souvenir impérissable, c’est un thriller moyen, on trouve bien pire, mais aussi nettement mieux.

Gardiennes du silence

Challenge Polars de Sharon

 

2 réflexions sur “Les gardiennes du silence, de Sophie Endelys

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s