Studio 6, de Liza Marklund

Dans cette série, j’avais lu et apprécié il y a longtemps Deadline, comme les premiers volumes de la série ont été réédités en début d’année par les Editions HLAB, j’ai profité de découvrir les premières aventures d’Annika Bengtzon. Un grand merci à HLAB et à Netgalley pour ce partenariat très apprécié.

Annika est une jeune journaliste de province qui fait un intérim dans un tabloïd de Stockholm. Les places sont cher, car un seul intérimaire se verra offrir un stage de six mois à la fin de l’été. Sur la hotline du journal, surnommée Canal Frissons, Annika apprend qu’un meurtre a eu lieu dans un vieux cimetière juif abandonné. Elle s’y précipite avec un photographe et arrive avant la police. La victime est une jeune fille qui semble avoir été étranglée.

Du coup Annika enquête sur Josefin, la police est peu présente et la jeune journaliste semble mener l’enquête toute seule. La jeune victime était étudiante, mais surtout travaillait dans un club porno. Un ministre qui habite tout près du lieu du crime est soupçonné d’en être l’auteur, sur fond de campagne électorale et du scandale du fichage des Suédois par le parti social-démocrate, tandis qu’Annika est persuadée que le coupable est Joachim, propriétaire du club porno et petit ami violent de Josefin.

L’enquête est très intéressante, mais la fin très glauque et pas à la hauteur du reste du livre, comme c’est malheureusement souvent le cas dans les thrillers. Le titre est un jeu de mot sur « sex » en anglais, à la fois six et sexe. Le club porte le même nom qu’une célèbre émission de radio suédoise. Dans ce livre, l’auteur dénonce à la fois l’industrie du sexe, dont les femmes sont souvent des victimes consentantes, comme Patricia et Josefin, et la presse de caniveau où les journalistes ne reculent devant rien pour décrocher un scoop et n’hésitent pas à manipuler leurs collègues et le public. L’ambiance au journal est à la concurrence sans merci et aux pratiques discutables. Annika réfléchit souvent aux aspects éthiques de son métier et elle est plus attirée par le journalisme d’investigation que par la presse à scandales, même si elle est prête à en passer par là pour percer dans ce milieu hostile. Le mélange de politique, de pornographie et de presse à scandales est explosif et intéressant. Ce thriller très prenant est tout de même un peu gâché par son dénouement peu vraisemblable sur le plan professionnel et très glauque sur le plan privé pour Annika. C’est toutefois un livre agréable à lire et je vais prochainement découvrir trois autres aventures de cette héroïne attachante.

#Studio6uneEnquêteDannikaBengtzon #NetGalleyFrance

Studio 6

Challenge Polars de Sharon (N°17)

 

Une réflexion sur “Studio 6, de Liza Marklund

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s