Victor, l’indomptable Hugo, de Bertrand Puard

Ce roman jeunesse très réussi a l’ambition de faire découvrir Victor Hugo aux jeunes lecteurs de huit à dix ans. Il ne s’agit pas d’une biographie, même romancée comme le souligne Bertrand Puard, mais d’une « fantaisie » mettant en scène le jeune Victor âgé de treize ans et qui se présente sous forme d’un roman historique.

Victor et Eugène, fils du général Hugo, vivent dans une pension sévère où ils sont censés se préparer au concours d’entrée de l’école polytechnique, mais Victor ne pense qu’à écrire des poèmes et des tragédies, ce qui déplaît fortement au directeur. Eugène prétend qu’un homme au chapeau rond surveille leur fenêtre, Victor ne le croit pas et préfère s’occuper d’une tragédie mettant en scène Bonaparte qu’il déteste depuis qu’il a fait fusiller son cher parrain dont il porte le prénom. Les parents Hugo sont en instance de divorce, ce qui ne se faisait vraiment pas à cette époque, les deux garçons sont très proches de leur mère. Un soir un inconnu entre dans la chambre d’Eugène et l’enlève avec le chandelier reçu du parrain. Un autre homme essaie de faire de même avec Victor, mais ne réussit qu’à s’emparer de son chandelier. Victor se lance sur les traces de son frère, qu’il retrouvera à Fougères après maintes aventures en compagnie de différents personnages, il assistera même à un tournant de l’Histoire, il faut dire que ce roman se passe en juillet 1815, au moment de l’abdication définitive de Napoléon et de sa fuite qui a échoué.

L’intérêt principal de ce livre est de nous faire découvrir la naissance de la vocation d’écrivain de Victor. Durant ses pérégrinations, il rencontrera nombre des futurs personnages de son oeuvre, ce qui est une idée vraiment géniale. Je n’ai lu que Notre-Dame de Paris et Les misérables, Victor Hugo ne fait pas partie des programmes scolaires en Suisse, du moins pas dans ma région (ici pour le XIXème siècle, nous avons étudié Balzac, Stendhal, Flaubert, Zola, Lamartine, Baudelaire et Rimbaud). Donc je connais peu cet auteur qui ne fait pas du tout figure de mythe national ici bien évidemment, j’avais donc une approche assez neutre avant de lire ce petit roman que j’ai beaucoup apprécié et qui m’a donné envie de découvrir davantage son oeuvre.

Bertrand Puard a consacré des livres à d’autres grands écrivains et je trouve cette démarche originale et intéressante pour faire découvrir la littérature classique aux enfants sous un jour positif et dépoussiéré. La langue est très soignée, le vocabulaire riche bien qu’accessible, ce qui est un point fort pour un livre jeunesse. Il devrait toujours en être ainsi, mais c’est loin d’être le cas, aussi faut-il souligner cet aspect qui contribue à la réussite de ce très beau roman, qui devrait plaire autant aux jeunes lecteurs qu’aux adultes intéressés par la littérature et l’histoire littéraire.

#VictorLindomptableHugo #NetGalleyFrance

Victor l'indomptable Hugo

Challenge polars de Sharon (N°14)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s