Juste avant de mourir, de S.K. Tremayne

Kath et Adam vivent dans une vieille maison sur la lande isolée d’un parc national. Il est ranger et elle s’occupe des publications destinées aux touristes, ils sont heureux malgré le fait que leur fille Lyla souffre du syndrome d’Asperger. Le père refuse qu’on colle une étiquette sur la fillette, aussi n’est-elle pas diagnostiquée.  Depuis un accident de voiture qui l’a laissée en partie amnésique, Kath sent une hostilité sourde de la part d’Adam, de plus les troubles de Lyla se sont aggravés, son nouveau jeu consiste à composer des dessins avec des cadavres d’oiseau devant la maison. Elle essaie de reconstituer l’accident pour comprendre et là c’est le choc : Adam lui apprend que c’était en fait une tentative de suicide et qu’il lui en veut d’avoir voulu les abandonner, lui et Lyla.

Kath n’avait aucune raison de vouloir mourir et elle ne supporte pas l’attitude de son mari qu’elle aime, aussi se met-elle à enquêter auprès de ses voisins et du témoin de l’accident pour comprendre ce qui s’est vraiment passé. Elle a l’impression qu’ Adam la suit et l’épie constamment sur la lande, ce qu’il nie farouchement.  Lyla affirme aussi avoir vu son père plusieurs fois près de la maison, puis dans la voiture lors de l’accident. Ses déclarations sont toutefois confuses, Kath ne sait plus qui croire, elle soupçonne Adam de leur vouloir du mal, mais il s’agit peut être d’un de ses cousins qui lui ressemble. Sa belle-soeur psychologue l’aide dans sa recherche et découvre que son mari la trompe. Les deux femmes veulent absolument trouver la vérité et découvriront un lourd secret de famille.

Il s’agit d’un thriller psychologique tout à fait palpitant, sur fond de croyances et de rites païens et de sorcellerie dans une nature intacte et sauvage. Les descriptions de paysages sont splendides et donnent vraiment envie de visiter cette région de l’Angleterre. J’aime les pierres levées qui sont aussi nombreuses par ici. Le suspense est bien préservé jusqu’à la fin et j’ai aussi soupçonné tout à tour Adam, ses cousins et même Dan, la fin m’a beaucoup surprise. J’ai beaucoup aimé l’ambiance mystique autour de l’homme vert et des anciennes superstitions, il ne manquait que le roi Arthur. J’ai trouvé toutefois que la situation de Lyla manque de réalisme. Cette petite fille est visiblement autiste, elle a une tante psychologue, elle fréquente l’école publique, mais elle n’est pas soignée ni même diagnostiquée parce que le père ne le veut pas tandis que la mère se contente de recherche sur le net. Elle aligne des cadavres d’oiseaux devant la maison et personne ne l’emmène voir un médecin, plus tard elle interdira même à son père de rentrer dans la maison car elle croit qu’il s’en est pris à sa mère. Et Adam obéira, comme si c’était tout à fait normal qu’une gamine de neuf ans régente la famille, mais il ne faut surtout pas lui faire voir un psychiatre. J’ai aussi beaucoup aimé l’aspect « nature writting », avec cette nature à la fois magnifique et cruelle.

On est pris dans le suspense de ce thriller qui se lit tout seul, je n’ai pas vu le temps passer, je vous le recommande chaleureusement. Un grand merci à Netgalley et aux Presses de la cité pour ce partenariat très apprécié.

#JusteAvantDeMourir #NetGalleyFrance

Juste avant de mourir

logo2019

Challenge Polar de Sharon

Une réflexion sur “Juste avant de mourir, de S.K. Tremayne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s