Les enfants de l’eau noire, de Joe R. Lansdale

Les marécages fut mon coup de coeur 2018, ce roman noir sera sans aucun doute celui de 2019. Il se déroule dans le même milieu que le précédent, à savoir le Texas profond au début des années 1930, au bord de la Sabine, un fleuve qui est un personnage central du roman. Les deux romans sont indépendants, ils n’ont aucun personnage en commun, mais ils nous parlent du même milieu. Au début, j’ai trouvé ce livre bien plus sombre que Les marécages, à cause des personnages adultes tous aussi peu recommandables les uns que les autres : père alcoolique et pédophile, femmes victimes soumises, oncle violent et flic corrompu, sans oublier un tueur psychopathe. Heureusement les trois adolescents, héros de l’histoire, viennent illuminer le tableau par leur candeur, leur bonté et leurs espoirs.

Sue Ellen, seize ans est la narratrice. Un jour, alors qu’elle traîne au bord de la rivière avec son oncle, son père et surtout ses deux amis, Jinx, une fille noire et Terry, un jeune homosexuel, les deux hommes pêchent et remontent dans leur filet le corps de May Lynn, autre amie des adolescents. Elle a été assassinée puis jetée à l’eau avec une une vieille machine à coudre attachée à ses pieds par un fil de fer. Les deux hommes ne veulent pas de problème et pensent simplement la remettre à l’eau, mais les jeunes s’y opposent. L’agent Sy, un flic corrompu constate juste qu’elle a sans doute été assassinée par une ou plusieurs personnes, sûrement des vagabonds impossibles à retrouver. Il n’y a donc pas de temps à perdre pour l’enterrer dans le carré des indigents, son père n’assiste même pas à l’inhumation. Il est le dernier de sa famille, mais peu importe, sa femme s’est suicidée et son fils, un vaurien est mort d’une pneumonie. Face à ce désastre, Sue Ellen et ses amis, persuadés qu’il n’y a aucun avenir pour eux dans ce coin perdu décident de réaliser à titre posthume le rêve de May Lynn qui voulait devenir une star de cinéma. Ils emporteront donc ses cendres à Hollywood.

Les trois amis et la mère de Sue Ellen embarqueront pour un long périple sur le fleuve avec les cendres de May Lynn, incinérée de façon peu orthodoxe et un trésor trouvé grâce à une carte que détenait la jeune fille. Ils y connaîtront des aventures variées rencontrant de nombreux cinglés et quelques personnes charitables malgré le tueur fou lancé sur leurs traces.

Ce magnifique roman m’a fait pensé à celui de Mark Twain, Les aventures de Huckleberry Finn que j’ai beaucoup aimé dans mes jeunes années. Le fleuve, parfois tranquille, parfois déchaîné, est un personnage à part entière. Le vrai trésor de la petite troupe est bien plus précieux que les dollars enfermés dans leur bocal et ce périple est avant tout chemin de vie et de libération, ils n’avaient pas leur place dans ce Texas raciste et plein de préjugés, ils seront prêts à partir tenter leur chance ailleurs. Il y a aussi une dimension mythologique, longtemps on ne sait si Skunk le tueur fou existe vraiment ou s’il n’est que le fruit de l’imagination des habitants arriérés de ce coin reculé.

Un univers à la fois sombre et lumineux, un hymne à l’amitié et à l’innocence perdue, puis à l’espérance retrouvée que je vous recommande chaleureusement.

Enfants de l'eau noire

Challenge polars de Sharon (N°5)

 

Une réflexion sur “Les enfants de l’eau noire, de Joe R. Lansdale

  1. Ping : Premier bilan du challenge Thriller et Polar 2019-2020 | deslivresetsharon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s