Histoires criminelles, de Christophe Hondelatte

N’ayant pas de télévision et ne m’y intéressant pas le moins du monde, je n’ai jamais vu l’émission Faites entrer l’accusé, même si j’en ai bien sûr entendu parler. J’abordais ainsi sans préjugé le livre de Christophe Hondelatte, dont le titre et la présentation m’avaient fortement attirée. Je n’ai pas été déçue par l’ouvrage de ce journaliste, qui m’a rappelé les histoires contées par Pierre Bellemare il y a fort longtemps.

Nous retrouvons ici vingt cinq histoires de crimes, qui s’étendent du dix-neuvième siècle à nos jours, elle font un peu plus de dix pages chacune et ne sont pas présentées dans l’ordre chronologique, ce qui est d’ailleurs un peu dommage. Tous les crimes se sont passés en France, sauf celui de Charles Manson et de ses disciples (USA), je ne connaissais que l’un ou l’autre de ces faits divers qui ont défrayé la chronique ces dernières années (Affaire Viguier où la femme d’un professeur de droit a disparu, mais il a été acquitté faute de preuves et celle du père qui droguait les adversaires de ses enfants au tennis), donc  c’était pour moi de nouvelles anecdotes.

L’écriture est très fluide et très agréable à lire dans le style journalistique, les histoires se succèdent rapidement. Ce qui est dommage, c’est que l’on est noyé sous la masse d’information et que ces récits ne resteront pas longtemps en mémoire.

L’évolution historique est très intéressante. Les accusés du dix-neuvième siècle n’avaient pas beaucoup de chance de faire reconnaître leur innocence, les investigations scientifiques n’existaient pas ou à peine et on jugeait sur les apparences. Le sommet de ce genre est atteint dans le récit de l’auberge rouge où des innocents sont condamnés à mort et exécutés pour de nombreux crimes qu’il n’ont pas commis, l’enquête étant basée uniquement sur des ragots dus à la jalousie, sans l’ombre d’un seul début de preuve, un voisin vient même témoigner à la place d’un mort. Plusieurs histoires ne sont pas résolues faute de preuves et aujourd’hui dans ce cas, le doute bénéficie à l’accusé, comme dans l’affaire Viguier.

A travers les  récits de ce livre, on voit la justice évoluer sur deux siècles et c’est très intéressant. On découvre aussi quelques premières, une affaire où l’assassin a sa photo dans les journaux (1913), une autre qui a passionné toute l’Europe dans les années 1820, la manipulation de la justice par les politiques et deux récits concernant des bagnards qui ont pu échapper à l’enfer guyannais. Ce livre est très agréable à lire et intéressant, c’est dommage toutefois que le lecteur soit noyé sous une masse d’informations dont il ne retiendra que quelques grandes lignes.

Un grand merci aux Editions JC Lattès et à Netgalley pour ce partenariat très apprécié.

Histoires criminelles

challenge polar

Challenge polar de Sharon

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s