La seconde vie de Rachel Baker, de Lucie Brémeault

Tout d’abord un grand merci à Netgalley et aux Editions Librinova pour ce partenariat très apprécié.

Rachel est serveuse dans un diner de l’Alabama, un soir trois hommes armés débarquent et tuent tout le monde sauf elle. Elle n’est même pas blessée, mais fortement traumatisée, elle ne comprend pas pourquoi elle a été épargnée. Nick, un policier plus très jeune la prend en charge après la tuerie. Elle est ensuite suivie par une psychiatre avec laquelle elle n’a pas un bon contact. Celle-ci sent que Rachel est prête à se venger et prévient Nick, qui va la dissuader de le faire. Ils sont attiré l’un par l’autre et c’est le début d’une drôle de relation. Toutefois, Rachel décide de se venger quand même, elle vole l’arme de son voisin et abat le tueur lorsqu’il entre au tribunal. Elle s’enfuit mais appelle Nick qui la rejoint et lui conseille de s’enfuir plus loin avant que ses collègues n’arrivent. Elle suit son idée, mais un accident de voiture la stoppe.

Après son hospitalisation, elle est arrêtée et condamnée à sept ans de prison. La plus grande partie du roman raconte sa vie en détention, ses interactions avec les autres prisonnières et son histoire qui continue avec Nick, jusqu’à ce qu’il parte en mission d’infiltration et disparaisse soudain de la circulation.

Le personnage de Rachel est très attachant, on la voit évoluer tout au long du livre. Une grande part d’elle-même est morte lors de la tuerie et il lui faudra tuer à son tour, connaître le handicap et la prison pour s’en sortir. Les portraits des autres prisonnières sont aussi très intéressants, elles ont des caractères marqués et font face de leur mieux à l’adversité. On voit une fois de plus comme la justice américaine est implacable et beaucoup plus dure que la nôtre. Etrangement, c’est dans cet univers si difficile que Rachel arrivera à émerger de sa détresse tant physique que psychique. La sortie de prison est difficile, il lui faut un an pour retrouver un équilibre et un travail.

Il y a un côté romance dans ce roman, mais il n’est pas dérangeant. La relation entre Rachel et Nick a un côté improbable, pour lui, elle est plus victime que coupable. Sa disparition est plus étonnante, vu qu’elle dure au moins trois ans, on n’imagine pas une mission d’infiltration d’une durée aussi longue. Pour moi , la fin du roman reste ouverte. On peut penser que Nick réapparaît à la dernière page, ce qui est un peu invraisemblable, mais qui fera plaisir à ceux qui aiment que les histoires finissent bien. On peut aussi comprendre que Rachel accepte enfin la fin de son histoire avec le policier, qu’elle est prête à aller de l’avant, notamment dans sa relation avec son amie Amy et que le client qui commande une tarte aux pommes marque le premier pas dans cette seconde vie qui lui tend les bras.

Il y a d’intéressantes réflexions sur la violence, l’homosexualité, l’amour et l’amitié dans ce livre très agréable que je recommande chaleureusement.

Seconde vie de Rachel Baxter

challenge polar

Challenge Polars de Sharon N°90

Publicités

Une réflexion sur “La seconde vie de Rachel Baker, de Lucie Brémeault

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s