Versus, de Luca Tahtieazym

Tout d’abord un grand merci à Netgalley et Amazon Publishing pour ce partenariat très apprécié qui m’a permis de découvrir un nouvel auteur.

Achille est représentant de commerce, il parcourt la France et parfois les pays limitrophes, ses affaires sont florissantes, il a beaucoup d’argent et aime vivre dans un luxe certain. Mais surtout il se considère comme un artiste. Toutefois un artiste d’un genre particulier qui dessine sur le corps des femmes avec son couteau nommé Patrocle. Il vient de commettre son septième meurtre à Lille, mais la police ne lui en attribue que cinq. Il se sent apaisé pour plusieurs mois et reprend sa vie normale de commercial à Nice avec sa compagne Claire.

Cinq mois après, il se rend à Strasbourg pour ses affaires. Un autre meurtre a lieu à Montpellier, que la police lui attribue, ce qui l’amuse car il pense que l’imitateur sera vite démasqué. A son retour, un de ses amis perdus de vue depuis plus de dix ans passe lui rendre visite, il revient de Montpellier et ne parle que du meurtre qui vient d’avoir lieu, ce qui énerve Achille même s’il n’en montre rien. Contrairement à son attente, les autorités confirment que l’Artiste, comme le surnomme la presse, est bien l’auteur du dernier crime, les empreintes de chaussures et l’arme du crime sont les mêmes. Achille en est complètement déstabilisé et se lance dans une enquête pour démasquer le faussaire, qu’il surnomme Hector en référence à Homère et à la guerre de Troie. Il ira de fausses pistes en impasses jusqu’à la conclusion totalement inattendue.

Durant tout le livre, on est dans la tête d’Achille qui se considère comme un être supérieur et méprise le reste de l’humanité. C’est un tueur violent qui se complaît dans les descriptions de ses meurtres, y compris ceux de chatons commis dans son enfance, ce qui fait quand même assez cliché sur les tueurs en série. La police est complètement ridiculisée à travers l’inspecteur Jacques Lambert, un ivrogne lamentable et peu vraisemblable. Là aussi un énorme cliché sur le flic alcoolique, tellement cliché qu’on ne croit pas à un tel personnage. La construction du livre est intéressante, l’auteur nous mène en bateau et on n’a aucun soupçon sur l’identité d’Hector avant la révélation finale, l’action ne s’arrête jamais. Il se dégage toutefois une impression de malaise de ce livre car Achille réussit à gagner la partie, donnant l’impression que sa vision totalement amorale et immorale triomphe sur la société. Un thriller très violent au final et sans happy end.

#Versus #NetGalleyFrance

Versus

challenge polar

Challenge Polar de Sharon N°49

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s