Le crime est notre affaire, d’Agatha Christie

Il s’agit d’une nouvelle traduction, sans doute dépoussiérée. Tant j’avais trouvé Les dix petits nègres déplaisants, tant j’ai eu du plaisir avec ce recueil de nouvelles et cette nouvelle traduction y est sans doute pour beaucoup. L’histoire ou plutôt les histoires ont été écrites en 1929 et se passent durant les années folles, mais le vocabulaire et les tournures sont celles d’aujourd’hui, ce qui rend en rend la lecture vraiment très agréables.

Tommy et  Tuppence Beresford ont travaillé pour le service d’espionnage anglais durant la guerre. Ils sont heureux en ménage.Tommy travaille toujours dans l’espionnage, mais dans un bureau, tandis que Tuppence s’ennuie à la maison. Carter, le chef de Tommy leur propose de tenir une agence de détective durant un an, il s’agit d’une couverture car les services d’espionnage russe utilise cette officine pour des raisons obscures que Tommy doit découvrir en se faisant passer pour M. Blunt, propriétaire de l’agence en question, Tuppence devenant Miss Robinson sa fidèle secrétaire.

En dehors des affaires russes, les héros se font passer pour des détectives privés et traitent différentes affaires, souvent avec l’aide de l’inspecteur Mariott de Scotland Yard. Ce sont des aventures pleines d’humour, car Tommy et Tuppence prennent modèle sur les détectives de polars célèbres à l’époque et jouent leurs rôles. A part Sherlock Holmes et Hercule Poirot, les autres ont sombré dans l’oubli, le livre devait être encore plus amusant à l’époque où ces allusions étaient limpides. Toutefois cette utilisation métaphorique des codes du polar donne une couleur particulière à ce recueil. Nous voyons les héros étudier les méthodes policières dans le livres à la mode et appliquer brillamment ce qu’ils ont appris. Ainsi ils résoudront, des meurtres, des vols de bijoux, des disparitions, le mystère d’une maison hantée et quelques autres affaires encore, le bouquet final étant l’arrestation de tous les espions russes.

Il y a beaucoup de légèreté dans ce livre. Les héros sont amoureux l’un de l’autre et plaisantent sur le mariage, le divorce, la mode des régimes et de la gymnastique (déjà il y a près d’un siècle !). Les codes du polar et leurs grand héros sont aussi traités avec beaucoup d’humour. On peut aussi se demander qui se souviendra de nos détectives préférés d’ici un siècle. Certaines enquêtes des héros sont un peu ridicules et ils ne se prennent pas du tout au sérieux. J’ai eu grand plaisir à lire ce livre et ça m’a réconciliée avec la Reine du crime, dont je n’ai pas du tout aimé le dernier roman que j’avais lu d’elle.

Le crime est notre affaire

challenge polar

Challenge Polar de Sharon N°42

Publicités

Une réflexion sur “Le crime est notre affaire, d’Agatha Christie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s