La conspiration Hoover, de Steve Berry

J’apprécie toujours autant Steve Berry et son dernier opus est vraiment génial, je remercie vivement les Editions Cherche-midi et Netgalley pour ce partenariat très apprécié.

Cotton Malone nous raconte sa première mission pour le ministère de la justice alors qu’il est encore avocat dans la marine.  Stephanie Nelle lui propose une mission toute simple en apparence : il s’agit d’aller récupérer une pièce d’or Double Eagle 1933 enfermée dans une une valise étanche et prisonnière d’un voilier qui a coulé au large des Keys en Floride. Il faut la trouver avant son propriétaire cubain car ces pièces ont été retirées de la circulation et leur détention est illégale. Malone qui s’ennuie dans son métier d’avocat accepte avec plaisir et s’engage à ne pas ouvrir la valise.

Un retraité du FBI l’amène au dessus de l’épave, mais la récupération ne se passe pas comme prévu, la valise contient des documents sur une opération menée dans les années 1960 par le FBI et la pièce est détenue par une jeune policière noire. Les agents du FBI sont des anciens subordonnés d’Edgar Hoover déterminés à récupérer les documents, que Coleen veut échanger contre la pièce. Le révérand Forster veut détruire les textes et surtout empêcher sa fille de les lire. Coleen et Malone se lance dans une course poursuite de tous les dangers pour s’emparer des écrits et de la pièce.

Les documents en question les plonge dans les années 1960, avec la guerre du Vietnam, la lutte pour les droits civiques et surtout Martin Luther King. Les péripéties du livre ne sont pas toutes très vraisemblables, Malone a un côté superman qui se tire de tous les dangers, mais c’est une des caractéristique de ce personnage qu’on retrouve dans toute la série et qui ne me dérange pas. Le combat final entre Malone et les ripoux du FBI  à DisneyWorld est typique de ces scènes d’action, certes exagérées, mais qui sont un des charmes de cette série.

Mais le principal intérêt de ces romans de Steve Berry est sa manière de revisiter des épisodes connus (ou moins connus en Europe) de l’Histoire américaine à partir de documents d’archives et de présenter des hypothèses nouvelles  et très vraisemblables sur ces évènements. A la fin, il précise la part de la réalité et celle de la fiction, mais cette dernière n’est jamais tirée par les cheveux et offre un éclairage possible sur les faits historiques.  Ici il s’agit du meurtre de Martin Luther King dont on a célébré le cinquantième anniversaire le 4 avril dernier.  Les théories de Steve Berry ont un peu à voir avec la théorie du complot, mais elles restent toujours plausibles et séduisantes.  Edgar Hoover dirigeait le FBI d’une main de fer en ce temps-là, il agissait de manière complètement illégale et  vouait une haine personnelle féroce à King. Même si deux enquêtes survenues bien après les faits ont conclu que le meurtrier a agi seul pour des raisons qui lui sont propres, James Earl Ray a toujours affirmé avoir été manipulé par le FBI pour agir. Comme beaucoup d’archives ont été détruites en 1972 après la mort de Hoover, il n’est pas impossible qu’il y ait bien eu un complot de cette officine pour éliminer ce leader gênant. Je trouve l’interprétation de Steve Berry, révélée dans les derniers chapitres, tout à fait plausible. Luther King avait vraiment une dimension christique. Il apparaît aussi que le combat de King n’est qu’à moitié gagné, s’il a réussi sur le plan des droits civiques et de l’intégration des Noirs, la lutte contre la pauvreté, autant des Noirs que des blancs est plus actuelle que jamais.

J’apprécie tous les romans de Steve Berry, mais je préfère nettement ceux où il traite de l’histoire américaine (ou anglaise).  Ses premiers livres sur les Templiers ou Rennes-le- Château s’inscrivent dans la longue postérité du Da Vinci code et manquent d’originalité même s’ils sont très agréables à lire. Par contre sa manière d’interpréter les vides de l’histoire américaine est tout à fait fascinante et j’espère que Cotton Malone va un jour se pencher sur l’assassinat de Kennedy.

Un thriller passionnant que je recommande chaleureusement.

#LaConspirationHoover #NetGalleyFrance

conspiration Hoover

challenge polar

Challenge polar de Sharon N°41

Publicités

2 réflexions sur “La conspiration Hoover, de Steve Berry

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s