A malin, malin et demi, de Richard Russo

Tout d’abord un grand merci à Léa du Piccabo River Book Club et aux Editions 10 /18 pour ce livre gagné lors d’un concours. Cette fois la magie a opéré et j’ai eu grand plaisir à le lire. J’ai découvert cet auteur récemment au festival L’Amérique à Oron, j’ai vraiment eu envie de le découvrir après la conférence à laquelle j’ai assisté et je n’ai pas été déçue.

Ce roman nous raconte quarante-huit de la vie de Bath, une ville (imaginaire) du New Jersey, mais qui ressemble à beaucoup de petites villes de la région selon Russo. Toutefois c’est une ville marquée par la malchance, elle était autrefois prospère comme sa voisine, mais les sources thermales se sont taries depuis plus d’un siècle et le déclin ne s’est jamais arrêté.  Nous suivons les aventures de quelques personnages. Il y Gus, le maire, venu de la cité voisine dans l’espoir de sauver Bath, ainsi que sa femme Alice qui souffre de graves troubles psychiques. Douglas Raymer, le chef de la police locale est en pleine dépression depuis la mort de sa femme Becka survenue un an plus tôt. Non seulement il l’aime encore mais ce qui le tourmente le plus c’est de savoir qu’elle l’a trompé et allait partir avec un autre. Il ne reste qu’une télécommande de garage de cet adultère et Douglas veut absolument découvrir quelle porte elle ouvre. Tout le monde connaît l’identité de l’amant, mais personne ne veut rien lui dire. Ruth, patronne d’un restaurant, son mari Zack le ferrailleur et Sully, un petit voyou devenu riche, ennemi de Douglas forment un triangle amoureux. Janey, fille de Ruth est séparée de son mari Roy, un homme violent qui la bat et qui vient de sortir de prison en affirmant qu’il a changé. Nous avons encore Carl un entrepreneur indélicat, pour ne pas dire carrément un escroc et les deux Rub, l’un étant le meilleur ami de Sully, plutôt demeuré et le deuxième le chien de Sully, celui qui figure sur la couverture. Tout ce beau monde va être pris dans des situations cocasses, même si elles peuvent être tragiques.

Par un matin caniculaire du mois de mai, l’enterrement du vieux juge Barton n’en finit plus, Douglas a un coup de chaleur et s’écroule dans la tombet où il perd sa précieuse télécommande. Le mur d’une vieille usine en rénovation s’effondre et Roy n’en réchappe que de justesse…. c’est ainsi que commencent deux jours de folie qui s’abattent sur la ville et qui toucheront tous les personnages avant de déboucher sur un happy end.

Ce roman m’a fait penser à l’univers décalé d’Arto Paassilina, un univers plein d’humour et aussi de tendresse. A part Roy, les méchants ne le sont pas vraiment et la justice immanente s’occupera d’eux. Pour les autres ce sera deux journées de remise en question qui leur permettra d’avancer dans la vie, de se découvrir de nouvelles ressources et de dépasser leurs blocages. Toutes les situations sont drôles et l’on ne s’ennuie jamais tout au long des sept cent vingt pages du roman. Un très belle découverte pour moi et une grande envie de découvrir d’autres oeuvres de cet auteur.

#PicaboRiverBookClub

a malin malin et demi

 

Challenge polar de Sharon N°34

Publicités

3 réflexions sur “A malin, malin et demi, de Richard Russo

  1. Ping : Bilan #4 du challenge polar et thriller 2018 | deslivresetsharon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s