Les marécages, de Joe R. Landsdale

Harry est très âgé et vit dans une maison de retraite. Le présent ne lui apporte plus guère de satisfaction, aussi préfère-t’il penser au passé. Il se souvient de l’année de ses onze ans en 1933 et nous raconte sa vie à ce moment-là lors de la Grande Dépression. Il vit dans une petite ville de l’est du Texas avec ses parents et sa soeur Tom. Il ne sait rien de la crise que traverse le pays, son enfance est heureuse dans une famille unie et aimante. La mère s’occupe du foyer et Jacob le père cumule les emplois pour s’en sortir, il est à la fois paysan, coiffeur et agent de police local.

Toby le chien de la famille se blesse gravement et Jacob demande à Harry d’aller l’achever dans les bois voisins de la ferme. Les enfants marchent longtemps mais ils ne peuvent se résoudre à obéir à leur père. Ils découvrent le corps mutilé d’une femme noire attaché à un arbre au bord de la rivière, ils ont l’impression d’être poursuivis par l’Homme-chèvre, sans doute coupable du meurtre. Jacob explique que ce monstre est seulement une légende régionale et que le vrai tueur ne peut être qu’un homme. Les enfants restent persuadés de l’existence de l’Homme-chèvre, ce qui sera déterminant dans la suite du roman.

La victime est une prostituée noire, les blancs ne veulent pas s’en mêler. Jacob et sa famille sont parmi les rares blancs de la ville à ne pas détester les noirs. Après une tornade, on retrouve une deuxième prostituée noire massacrée, ce qui n’émeut que Jacob, qui essaie d’élucider ces crimes avec l’aide du Docteur Tinn, un médecin noir passionné par l’histoire de Jack l’Eventreur. Tout change quand on découvre le corps d’une prostituée blanche victime du même maniaque. Même si cette femme est considérée comme une moins que rien par la communauté blanche, les habitants sont persuadés que les noirs sont derrière ces meurtres et qu’ils ne peuvent rester sans réagir. Jacob a eu une parole maladroite au salon de coiffure et le Klan s’en empare pour lyncher un vieux noir, Harry et son père ne peuvent qu’assister impuissants à la scène.

Ce thriller est un coup de coeur, un des meilleur que j’aie lu depuis longtemps. Il y a encore bien d’autres rebondissements et finalement cette histoire de crimes en série est avant tout un prétexte et un fil conducteur pour nous parler de la vie en ce temps-là dans le Texas profond. Les gens sont totalement racistes et en toute bonne foi, comme le dit Jacob, ils semblent avoir oublié que les Yankees leur ont mis la pâtée plus de soixante ans auparavant. La famille de Jacob est attachante, il essaie d’être un homme juste dans une société injuste, le lynchage du vieux Mose, puis le meurtre de Miss Maggie, une noire que tout le monde aimait, le rendent malade.

L’histoire est raconté par Harry, qui grandit brusquement au cours des deux années que durent le récit. Les descriptions de la nature sont belles, la langue magnifique et la vie en ce temps-là à la fois rude et préservée.Harry est très attachant, il prendra le relais quand son père sera trop malade. La justice humaine s’en mêle peu, mais la providence y supplée. Un très beau livre, très riche et vraiment passionnant, avec des personnages et des actions complexes qui nous font découvrir la mentalité d’un autre temps, une nature belle et rude et surtout une famille qui s’efforce de vivre selon l’éthique chrétienne, car à ce moment-là, on pouvait aller à l’église le dimanche et aux réunions du Klan les autres jours, lyncher des noirs sans se sentir plus coupable que cela, ce que Jacob et les siens refusent.

Un livre qui va bien au-delà du thriller et qui vaut vraiment la peine d’être découvert. je compte lire d’autres romans de Landsdale.

Marécages

Challenge polar de Sharon N°22

Challenge Le mois américain N°1

 

Publicités

7 réflexions sur “Les marécages, de Joe R. Landsdale

  1. Ping : Bilan n° 2 du challenge Polar et Thriller du mois de septembre 2018 | deslivresetsharon

  2. Coucou,

    il a l’air vraiment superbe ce livre! Je le note sur ma liste.
    J’aime beaucoup ce genre de récit et en plus avec le côté polar, c’est top.
    Si je peux me permettre de te recommander Le Dieu de New York : polar et enquêtes des tout premiers policiers de New york milieu du 19ème siècle.
    Bonne soirée,
    Maryline

    J'aime

    1. Le livre dont tu parles est dans ma Pal. Dans le même genre il y a L alieniste et l ange des ténèbres de Caleb Carr qui racontent le début de la, police scientifique et du profilage. Ils sont super.
      Bonne soirée

      J'aime

  3. Ping : Bilan #3 du challenge polar et thriller session 2018 | deslivresetsharon

  4. Ping : Bilan #4 du challenge polar et thriller 2018 | deslivresetsharon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s