Le miroir des âmes, de Nicolas Feuz

Tout d’abord un grand merci aux Editions Slatkine et Cie pour ce partenariat.

Le roman s’ouvre sur l’exécution du commissaire Saudan par le Vénitien, un tueur à gages qui a pour habitude de verser du verre de Murano en fusion dans la bouche de ses victimes et de les regarder mourir. Il lui reproche de l’avoir traqué et veut faire un exemple. Il annonce qu’il y aura d’autres policiers tués si on ne le laisse pas tranquille.

Le vendredi de la fête des Vendanges (la grande fête de Neuchâtel ), le procureur Norbert Jemsen se réveille à l’hôpital. Il est complètement amnésique et une jeune femme est à son chevet. Elle lui dit être Flavie Keller sa greffière. Comme il ne se souvient de rien, Flavie lui explique qu’il a été victime d’un attentat trois jours auparavant. Une bombe contenant des morceaux de métal et des billes de verre a explosé sur la terrasse du Charlot faisant des dizaines de morts. On ne sait s’il s’agit d’un attentat islamiste ou d’une tentative de meurtre visant explicitement Norbert, voire même d’un crime du Vénitien qui aurait agi à grande échelle.  Des bribes lui reviennent et il pense avoir eu rendez-vous avec un certain Florent P, mais aucune des victimes ne porte ce prénom.

Un salon de massage tenu par un maffieux albanais, Berti est aussi au centre de l’intrigue. Tout le monde sait qu’il se livre à de nombreux trafics, mais personne n’a jamais pu rien prouver et pour le moment la police a vraiment d’autres chats à fouetter, d’autant plus que son salon de massage est très réputé et fréquenté par l’élite de la ville. Personne ne veut voir que les prostituées sont violentées et terrifiées, seule Alba essaie de résister, mais Berti est impitoyable. Le mari de Flavie est un des clients, ainsi qu’un conseiller d’Etat.

Flavie sent un parfum de femme sur son mari et retourne veiller sur Norbert, elle ne le quitte pas une minute et l’aide à retrouver la mémoire. En fin de soirée, ils sont tous deux agressés par une femme mystérieuse à l’hôpital, Flavie reconnaît le parfum de la maîtresse de son mari. Flavie aidera Norbert à y voir clair dans ces mystères. Finalement c’est elle et non le procureur Jemsen la vraie héroïne du livre en étant son éminence grise qui pilote tout dans l’ombre. Mais veut-elle l’aider ou le manipuler ? Pourquoi rester sans arrêt avec lui, surtout qu’elle lui précise bien qu’il n’y a jamais eu d’histoire d’amour entre eux ?

Je ne peux en dire plus pour ne pas spolier, mais sachez que Nicolas Feuz nous a préparé un nouveau polar détonnant avec un attentat, des islamistes, la mafia albanaise et surtout un tueur à gages incontrôlable et déchaîné dans un Etat de Neuchâtel plus déliquescent que jamais, les frasques du Conseiller d’Etat Keppler reléguant celles des récents conseillers au rayons d’aimables plaisanteries. Bien sûr beaucoup de sang et de cadavres. Et évidemment un retournement de situation avec une fin inattendue. Il y a même Dan Garcia qui apparaît à la fin du livre, pour un clin d’oeil aux fidèles lecteurs.  Pour les Neuchâtelois, le plaisir de reconnaître leur ville au centimètre près. La description de la bagarre entre hooligans de Xamax et de Sion est aussi exacte, j’y ai assisté il y a quelques années depuis ma fenêtre avec un déploiement de policiers habillés comme des CRS le long de l’église rouge.

Presque tous les protagonistes du roman meurent sauf trois d’entre eux. Il y aura une suite l’année prochaine et j’espère en apprendre plus sur Flavie et son mystérieux objectif.

Les premiers romans de Nicolas Feuz étaient de bien meilleure tenue que les deux derniers, en particulier les cinq opus consacrés à Michael Donner. Les personnages y sont cohérents et consistants, l’histoire racontée parait vraisemblable. Ce n’est malheureusement pas le cas des deux derniers. Le personnage du procureur Jemsen n’est pas vraisemblable, le retournement de situation non plus. Idem pour le personnage d’Alba, on peut espérer qu’une policière infiltrée ne provoquerait pas presque délibérément, ou par stupidité la mort de sa compagne d’infortune.

La photo de la couverture a été offerte par un de mes amis, Michel Jeandupeux. Je vous invite à aller visiter son très beau site de photographies : https://bellesimages.ch/

Miroir des âmes

challenge polar

Challenge polar de Sharon N°19

 

 

 

 

Publicités

6 réflexions sur “Le miroir des âmes, de Nicolas Feuz

  1. Ping : Bilan n° 2 du challenge Polar et Thriller du mois de septembre 2018 | deslivresetsharon

  2. Ping : Bilan #3 du challenge polar et thriller session 2018 | deslivresetsharon

  3. Ping : Bilan #4 du challenge polar et thriller 2018 | deslivresetsharon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s