La légende de Sleepy Hollow, de Whashington Irving

J’ai choisi ce petit livre pour le classique américain du challenge multi-défi de Babélio. J’avais vu le film il y a fort longtemps et je n’en ai pas gardé de grands souvenirs.

C’est un roman très court, mais plus encore un poème en prose qui nous raconte la légende d’une petite vallée perdue près de New York dans les années 1780. Dans ce lieu retiré et endormi vit une communauté de paysans hollandais. Ichabod Crane y est instituteur et passionné par la nourriture et les histoires fantastiques. Ce type de récit est d’ailleurs très apprécié de ces sages paysans. Il s’en raconte de nombreux, mais le préféré de tous concerne le cavalier sans tête qui poursuit les passants attardés près de l’église la nuit car il cherche son chef perdu au combat lors de la guerre d’indépendance. Ichabod tombe amoureux de la belle Katrina, en fait surtout de son bel héritage, mais Brom l’enfant terrible de la vallée ne l’entend pas de cette oreille.

L’histoire est assez linéaire, mais le livre est avant tout un poème en prose qui décrit la vie à la campagne à ce moment avec un vocabulaire très riche. C’est vraiment très plaisant à lire et assez loin du film pour le peu que je m’en souvienne. La cupidité et la gourmandise du héros sont moquées, mais il n’y a pas vraiment de thématique dominante en dehors de la riche et magnifique description de la nature. Cette vallée perdue porte au rêve comme un paradis perdu.

légende de Sleepy Hollow

Une réflexion sur “La légende de Sleepy Hollow, de Whashington Irving

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s